Grec biblique – Niveau 2

Comme dans le cours A, le vocabulaire et les thèmes de grammaire sont illustrés par des versets authentiques pris des Evangiles et des épîtres de Paul, mais également par des passages de Flavius Josèphe, l'historien juif vivant à la même époque, soit au 1er siècle ap. J.-C. Ces textes sont assortis de reproductions d'art chrétien et juif, principalement des périodes romaine, byzantine et médiévale. Un accent particulier est mis sur le lien étroit, linguistique et littéraire, qui existe entre les deux Testaments.

Un nouveau cours est sur le point de commencer
Ne ratez pas cette chance !
test
test
test
  • Israel +972

  • Algeria +213
  • Brazil +55
  • Chile +56
  • Island +354
test
  • Israel +972

  • Algeria +213
  • Brazil +55
  • Chile +56
  • Island +354

Description du cours

Course Main Takeways
  • Date de début
    février 10, 2019
  • Niveau
    Improved
  • Horaires hebdomadaires
    2 heuers
  • Durée
    9 mois
  • Langue
    Français
See Full Schedule
février 2019
lundi, 19:00-19:55

Comme dans le cours A, le vocabulaire et les thèmes de grammaire sont illustrés par des versets authentiques pris des Evangiles et des épîtres de Paul, mais également par des passages de Flavius Josèphe, l'historien juif vivant à la même époque, soit au 1er siècle ap. J.-C. Ces textes sont assortis de reproductions d'art chrétien et juif, principalement des périodes romaine, byzantine et médiévale. Un accent particulier est mis sur le lien étroit, linguistique et littéraire, qui existe entre les deux Testaments.

Pour en savoir plus

Responsable du cours

Judith Green, M.A.

Judith Green, M.A.

Judith Green enseigne le grec classique à des étudiants diplômés de l’Université hébraïque depuis des décennies. Elle a des étudiants qui viennent d’Israël, de Chine,…

Profil complet

Résumé du programme de cours

  1. Révision des noms en grec L'article défini et la déclinaison des noms

    Avant de poursuivre l'étude de nouveaux éléments du grec biblique, nous devons réviser ce que nous avons appris dans le premier cours. Nous commencerons par la déclinaison de l'article défini et poursuivrons avec les trois déclinaisons du nom. La plupart des mots de vocabulaire utilisés seront issus des leçons précédentes, enrichis de quelques mots supplémentaires. Les remarques grammaticales se rapportent au contenu des leçons ci-dessous du cours n°1 :
    Article défini - Leçon n°6
    Seconde déclinaison des noms - Leçon n°9
    Première déclinaison des noms - Leçon n°10
    Troisième déclinaison des noms - Leçon n°19

  2. Révision des pronoms Pronoms personnels, relatifs et démonstratifs Pronoms interrogatifs, réfléchis et indéfinis

    Dans cette leçon nous reviendrons sur les six catégories de pronoms : personnels, relatifs et démonstratifs, interrogatifs, réfléchis et indéfinis Les lectures permettront d'étudier les mots « paradis » et « jardin » dans la LXX et la NT. Les remarques grammaticales se rapportent au contenu des leçons ci-dessous du cours n°1 :
    Pronoms personnels : Leçon n°11
    Pronoms démonstratifs : Leçon n°17
    Pronoms relatifs : Leçon n°18
    Pronoms interrogatifs et indéfinis : Leçon n°21

  3. Révision des verbes

    Dans cette leçon ainsi que dans la prochaine leçon, nous reviendrons sur les caractéristiques de la forme verbale en grec. Nous commencerons par les caractéristiques générales du verbe au présent, y compris les verbes contractuels epsilon et alpha et la conjugaison du verbe « être » au présent et au passé. Vous trouverez ce programme dans les leçons 13, 14 et 24 du cours N°1.

  4. Révision de l'imparfait ; l'adjectif πᾶς

    Cette leçon comprend une analyse détaillée des emplois de l'imparfait, avec une révision de la morphologie. L'imparfait est couvert dans les leçons 22 et 23 du cours A. Nous couvrirons également de nouveaux thèmes tels que la déclinaison et les divers emplois de l'adjectif πᾶς (tout, tous).

  5. Révision des verbes : futur et introduction à l'aoriste

    Dans cette leçon nous réviserons le futur du verbe actif et moyen qui était couvert dans les leçons 25 et 26 du cours A. Après avoir revu les règles des verbes contractuels au futur et le phénomène de changement de consonance dans ces verbes, commencerons l'étude de l'aoriste premier qui montre un processus phonétique similaire.

  6. Révision de l'aoriste premier et introduction aux formes de l'aoriste second, à l'indicatif et à l'infinitif

    Nous reviendrons sur les formes du l'aoriste premier, en insistant sur l'importance de trouver la « forme lexicale ». Nous commencerons alors à étudier l'indicatif de l'aoriste second, actif et moyen, et l'infinitif de l'aoriste second. Nous lirons de longs extraits afin d'enrichir le vocabulaire des élèves.

  7. La syntaxe de l'infinitif

    Nous avons déjà appris les formes du présent et de l'infinitif aoriste, actif et moyen. Dans cette leçon, nous discutons la nature de la forme infinitive comme nom verbal et ses nombreuses fonctions dans la phrase grecque. Dans la grammaire anglaise, un verbe qui a des limites définies en genre ou en nombre est dit « fini » (du latin finis. signifiant « limite »). Un infinitif est un verbe qui n'est pas fini. Il n'est pas limité en genre ou en nombre mais montre le temps et la voix en grec. Les principaux textes de cette leçon concernent la transfiguration : de Moïse sur le Mont. Sinaï et de Jésus, traditionnellement connue pour avoir eu lieu sur le mont Tabor. L'iconographie byzantine de la Transfiguration, comme dans cette icône, a souligné la lumière et la manifestation de la gloire de Dieu. Une merveilleuse exécution de 6 minutes du « troparion » orthodoxe orientale pour la Fête de la Transfiguration en août, en plusieurs langues, dont le grec, l'espagnol et l'anglais : https://www.youtube.com/watch?v=nfJ5piurMOo

  8. Lecture et révision

    Il est maintenant temps d'étudier quelques passages de textes avec peu de grammaire. Le thème est la période entre la Résurrection et l'Ascension de Jésus, qui comprend plusieurs apparitions du Christ ressuscité aux femmes au tombeau, aux disciples et même à la foule. C'est la période mystérieuse entre les fêtes de Pâque/Pâques et Shavouot, la Fête des semaines/La Pentecôte. Nous lirons différents textes, à compter de cette leçon, en commençant par Jean et en poursuivant, dans la leçon suivante, avec Mathieu, Luc et les Actes, décrivant les apparitions de Jésus à ses disciples pendant cette période de 40 jours (selon les Actes), jusqu'à l'Ascension. Nous noterons l'aspect rituel de ces jours dans le judaïsme, le comptage des jours entre le lendemain de Pâque et Shavouot, appelé « comptage de l'Omer », les 49 jours qui relient ces deux fêtes. Le seul nouveau point de grammaire est la conjugaison du verbe οἷδα au présent et au passé. Comme vocabulaire nouveau, les nombres seront étudiés.

  9. Aoriste racine et introduction au participe

    Nous allons poursuivre le cours avec le thème de l'ascension de Moïse et de Jésus, en prêtant une attention particulière aux formes « aoristes racines » des verbes communs, βαίνω et γιγνώσκω. Ensuite, nous étudierons une forme grammaticale extrêmement importante et complexe : le participe. Dans cette leçon, nous étudierons la déclinaison du participe du verbe « être », qui est la base du participe présent actif de tous les verbes. Cette nouvelle leçon devra être parfaite assimilée, à l'aide d'analyses d'exemples, en vue de la traduction de phrases complexes avec expression participatives. Les différents emplois continueront d'être le sujet de la leçon suivante, de même que les formes active et moyenne des participes de tous les verbes grecs généraux.

  10. Participes présents, actifs et moyens

    Dans la leçon 9, nous avons étudié les formes et emplois du participe du verbe « être ». ὤν, οὖσα, ὄν, « étant ». Nous avons également insisté sur le fait que le participe en grec est largement employé, beaucoup plus qu'en français, et peut être utilisé sous forme adverbiale ou adjectivale. Nous allons, dans cette leçon, approfondir nos connaissances de la forme des participes présents actifs de la plupart des verbes grecs, qui sont formés en ajoutant –ων, -ουσα, -ον à la racine et en déclinant le modèle le modèle 3-1-3 suivant. Les participes présents des verbes du milieu sont formés en ajoutant –ομεν-ος, -η, -ον à la racine actuelle et ils sont des adjectifs de type 2-1-2 comme καλός, -ή, -όν. Nous noterons également l'effet que la contraction a sur les formes de participe. La partie d'analyse de texte de la leçon porte sur le Magnificat, le chant de Marie qui se trouve uniquement dans l'Évangile de Luc, 1:46-56, et son affinité étroite avec la poésie hébraïque des psaumes.

  11. Aoriste premier, participes actifs et moyens

    Il peut être surprenant d'apprendre que le participe montre également le temps et la durée ! Cependant, le temps du participe a peu à voir avec la durée exacte de l'action, mais plutôt avec l'« aspect » de l'action. Habituellement, le participe présent représente une action qui a lieu simultanément à celle du verbe principal, alors que l'aoriste montre souvent une action antérieure à celle du verbe principal, surtout si le verbe principal est au présent. Souvent - mais pas toujours ! Lorsque le verbe principal est aussi dans l'aoriste, le participe peut indiquer une action contemporaine. Comme avec le participe présent, le participe aoriste devrait normalement être traduit comme une clause séparée, participes adjectifs ou substantifs avec une clause relative et des participes adverbiaux comme une clause temporelle, si cela semble approprié. Il est facile de reconnaître les formes du participe aoriste, tant les formes aortiques actives que les premières formes aortiques sont données, alors que la traduction peut être assez libre, selon le contexte.

  12. Participes de l'aoriste second, actifs et moyens

    Nous avons déjà appris à former la racine de l'aoriste premier du verbe et, à partir de là, son participe actif et moyen. Dans cette leçon, nous présenterons les formes du participe de l'aoriste second, actifs et moyens, qui sont tous deux formés sur la racine de l'aoriste second.
    Puis, avec la pratique, en traduisant des participes aoristes, nous étudierons l'emploi du participe dans la construction du génitif absolu, dans laquelle la clause participative, qui est entièrement dans le cas génitif, est indépendante de la syntaxe du reste de la phrase. Nous étudierons également quelques verbes très communs qui ont une racine différente dans l'aoriste second de celle de la forme lexicale au présent.

  13. Lecture et révision : Le pain du ciel

    Cette leçon comprend de longues lectures avec révision de certaines formes grammaticales. Les textes sont centrés sur le concept du « pain du ciel » tel qu'on le trouve dans la suite du chapitre six de l'Évangile de Jean. Jésus associe spécifiquement ce miracle de la multiplication des pains à la pluie de manne sur les Israélites dans le désert (6:30-34). Nous étudierons cette association et divers aspects de la manne elle-même, comme cela est décrit dans le Livre de l'Exode, chapitre 16, ainsi que dans le psaume 77.

  14. Le mode subjonctif

    Cette leçon présente un nouveau mode, le subjonctif. La morphologie du subjonctif est donnée dans les temps présent et aoriste, la voix active et moyenne, ainsi que pour le verbe εἰμί. Il n'y a jamais d'ajout avec le subjonctif et la racine est toujours la même que celle du temps correspondant à l'indicatif. Les terminaisons personnelles sont comme les terminaisons indicatives actuelles, avec la syllabe initiale allongée et le iota. Le mode subjonctif se trouve généralement dans les clauses dépendantes et exprime un sentiment d'incertitude ou d'imprécision. Les emplois donnés dans la leçon 14 sont dans les clauses de but, avec ἵνα et ὅπως et dans les clauses du conditionnel, avec ἄν ou ἐάν qui expriment un résultat contingent ou incertain. En général, la forme négative utilisée avec le subjonctif est μή, mais un négatif intensif peut utiliser à la fois οὐ et μή.

  15. Le mode subjonctif (suite)

    Nous continuerons à discuter de l'emploi et de la signification du mode subjonctif, en insistant sur la syntaxe, puisque la morphologie a été abordée dans la leçon précédente.
    Exhortations et le « subjonctif incitatif ».
    Le subjonctif utilisé comme verbe principal, le « subjonctif délibératif ».
    Interdiction avec l'aoriste subjonctif
    Les clauses relatives indéfinies avec le subjonctif
    Le subjonctif dans les clauses temporelles et spatiales indéfinies
    Les textes sont principalement de courts exemples de ces constructions, avec des textes plus longs concernant la rencontre de Jésus avec le Samaritain de Sichem et la rencontre du serviteur d'Abraham avec Rebecca au puits.

  16. Les quatrième et cinquième parties principales : Le temps du passé

    Dans cette leçon, nous apprendrons les quatrième et cinquième parties principales du verbe grec : le parfait actif et le parfait moyen/les formes passives. Il s'agit en fait d'un temps très commun dans le grec NT, malgré sa morphologie parfois irrégulière. D'une certaine manière, c'est l'une des formes verbales les plus importantes sémantiquement, car c'est un choix délibéré de la part de l'auteur, comme nous le verrons dans les textes choisis. Parfois, il peut être traduit comme un présent en français, quand il se concentre sur l'état actuel des choses.

  17. Lecture et révision : La création de la Bible grecque selon Flavius Josèphe

    Dans cette leçon de révision et de lecture, nous verrons tout d'abord l'emploi, par Paul de citations de l'Ancien testament (ce qu'il fait presque 100 fois !) et de quelle manière il joint plusieurs citations différentes pour servir sa cause par exemple dans Les Romains 15:7-14. Ensuite, nous aborderons la question de l'origine de la LXX elle-même, comme le rapporte Flavius Josèphe dans le Livre 12, Les Antiquités juives. Titus Flavius Josèphe, né Joseph ben Matityahu, était un érudit, historien et hagiographe romano-juif du premier siècle, né à Jérusalem, qui appartenait alors à la Judée romaine, d'un père de descendance sacerdotale et d'une mère qui revendiquait une ascendance royale. Jusqu'à présent, toutes les lectures ont été tirées des Évangiles et de la Septante ; c'est une chance pour les étudiants d'essayer de lire des textes d'autres auteurs grecs, pour lesquels ils recevront plus d'aide de l'enseignant. Il n'y a pas de nouvelle grammaire, mais un grand nombre de nouveaux mots de vocabulaire !

  18. La voix passive

    Jusqu'à présent, nous avons parlé des verbes à la voix active et à la voix du milieu. La voix est l'aspect du verbe qui indique comment le sujet est lié à l'action décrite par le verbe. Il y a une distinction dans la forme, et parfois aussi dans la signification, par exemple, πείθω, « je persuade », et πείθομαι, « je crois en, j'ai confiance en, j'obéis ». Dans le premier, la voix active, le sujet fait l'action. Dans le dernier, la voix du milieu, le sujet fait et reçoit les résultats de l'action, ou agit sur lui-même. Dans cette leçon, nous étudierons à la troisième voix, la voix passive. Cette voix est utilisée quand le sujet de la phrase reçoit l'action et l'agent de l'action est souvent exprimé par une phrase adverbiale, en utilisant généralement la préposition ὑπό, « par », ou simplement par le cas datif.

  19. Participe passif aoriste Indicatif passif futur

    Quelques formes verbales plus importantes : le participe aoriste passif, qui utilise la partie du sixième principe comme racine et, s'appuyant sur cette même racine, la conjugaison du passif du futur de l'indicatif. Les passages de lecture sont plus exigeants et ont un thème commun exprimé dans les livres de l'Exode et du Lévitique, les Évangiles de Mathieu, Luc et Jean, ainsi que dans les rituels juifs et chrétiens : la naissance, la circoncision, la rédemption du premier-né et la cérémonie de purification de la mère.

  20. Le mode impératif

    L'impératif est le plus souvent utilisé pour les ordres, parfois pour les interdictions ou les avertissements généraux. Jusqu'à présent, nous avons uniquement étudié l'impératif à la 2e personne du singulier et du pluriel, au présent. Dans cette leçon, nous étudierons l'emploi de l'impératif à la 3e personne ainsi que l'impératif aoriste, des formes qui suscitent généralement la surprise auprès des élèves. Comment peut-on donner un ordre dans le « passé » ? Qu'est-ce que cela signifie de donner un ordre à quelqu'un, ou à plusieurs personnes, à la 3e personne ? Il semble qu'il y ait beaucoup de nouvelles formes (et c'est vrai !), mais elles sont assez communes et doivent être reconnues, même si vous n'êtes pas censés être en mesure de créer vous-mêmes toutes les formes pour chaque verbe. En fait, tous les verbes ne peuvent pas être conjugués à tous les temps et à l'impératif dans les textes que nous étudions. C'est pourquoi nous n'avons pas choisi d'utiliser le même verbe pour chaque tableau, mais uniquement ceux qui apparaissent dans les différentes formes dans les textes réels.

  21. Lecture et révision : Guérison à la synagogue

    La révision de cette leçon repose sur deux textes: Marc 3:1-6, l'histoire de Jésus guérissant l'homme avec une main desséchée, le Shabbat à la synagogue, et 1 Rois 13:1-6, le récit de « l'homme de Dieu » qui prophétise et guérit le roi Jéroboam sur l'autel, à Béthel. Une attention particulière sera accordée aux formes verbales difficiles et au développement des capacités d'apprentissage des élèves à analyser des formes grammaticales et des racines peu familières.

  22. Introduction aux verbes-μι

    Outre ces verbes se terminant par -ω, il existe un petit groupe de verbes, les « -μι » formés à partir de la terminaison de la première personne du singulier du présent de l'indicatif actif du verbe. Un petit groupe certes, mais que l'on retrouve, avec tous ses composés, des milliers de fois dans le texte grec de la Septante et du Nouveau testament. Ces verbes ont des terminaisons qui sont différentes des verbes « -ω » dans les temps du présent et de l'imparfait et les temps de l'aoriste second ; ils montrent aussi un dédoublement de la racine verbale dans le système du présent. Dans cette leçon, nous nous concentrerons sur l'exemple du verbe δίδωμι (« donner »), ainsi que sur certaines de ses formes composées.

  23. Verbes -μι (suite)

    Nous avons étudié les formes du verbe δίδωμι dans la leçon précédente. Maintenant, nous allons ajouter les principales parties et des exemples de quelques autres verbes de cette catégorie qui méritent une attention particulière. Il existe essentiellement 3 groupes de verbes -μι :
    -υμι : ex. : ἀπόλλυμι (perdre, détruite, périr), δείκνυμι (montrer, expliquer)
    Classe -ημι: the -η/-α : ex. : ἱστημι (prendre position), etc.
    Classe -ημι: the -η/-ε : ex. : τίθημι (configurer)
    Classe -ημι: the -η/-ε : ex. : ἵημι (libérer, jeter, lancer)
    Classe -ωμι: the -ο/-ω : seulement un verbe : δίδωμι (donner)

  24. Le verbe ἵστημι

    Le verbe ἵστημι et ses nombreux composés présentent plusieurs particularités dans l'emploi des temps ainsi que des variations de sens. En même temps, ces verbes sont si communs dans le NT qu'une leçon spéciale leur a été consacrée. Il possède un ensemble de temps transitifs et un ensemble de temps intransitifs. Le temps du passé est traduit avec le sens du présent, et il y a à la fois un aoriste premier et un aoriste second, qui ont des significations différentes, ce qui en fait le plus complexe des verbes -μι. Vous trouverez également une carte des occurrences des participes parfaits des principaux verbes –μι.

  25. Lecture et révision : Le pouvoir de la parole écrite

    En commençant par la bénédiction sacerdotale inscrite sur des rouleaux d'argent datant du 7e siècle avant Jésus Christ, nous étudierons plusieurs exemples d'« écriture performative » de l'ancien judaïsme. Cela se réfère à un texte écrit qui a fonction apotropaïque, c'est à dire qui protège du mal son propriétaire ou confère bénédiction et protection. Certains de ces écrits portent encore aujourd'hui cette fonction, les mezuzot, par exemple, accrochées à l'entrée des maisons juives ; les téfillines (phylactères) portés pendant les prières par les hommes juifs, et dont l'encensement par les scribes fut critiqué par Jésus ; ou la bénédiction sacerdotale prononcée à la synagogue, mais aussi porté dans des amulettes telles que celle trouvée dans une tombe à Ketef Hinnom à Jérusalem. Nous étudierons ce qui est exactement écrit sur ces parchemins et quelles sont leurs fonctions.

  26. Qu'en est-il des accents ?

    Tous les textes que nous avons lus dans ce cours comprenaient des accents sur presque chaque mot. Pourtant, nous n'avons pas étudié leur origine et leur fonctionnement ou pourquoi ils existent, comment sont-ils distribués et s'ils sont importants pour la compréhension du grec écrit. Les marques de respiration lisses et rugueuses apparaissent sur chaque mot commençant par une voyelle. Nous avons étudié leur prononciation au début du cours A – La respiration rugueuse ἁ, indiquant un son h au début du mot, tandis que la respiration lisse ἀ, indique simplement l'absence du h. Ce ne sont pas des « accents », mais plutôt une partie de l'orthographe du mot. Maintenant, nous allons discuter la nature et l'emplacement des accents : l'accent aigu (ά), l'accent grave (ὰ) et l'accent circonflexe (ᾶ). Dans cette leçon, nous apprendrons les règles de l'accentuation des noms, des adjectifs et des pronoms.

  27. Les accents en grec (suite) : Le verbe

    Nous avons commencé notre étude des accents en grec avec les règles générales concernant la nature, l'emplacement et la dynamique des accents des noms, des adjectifs et des pronoms. Ces parties du discours suivent le modèle persistant de l'accent, dans lequel la syllabe accentuée dans la forme nominative du mot conserve le même type d'accent dans toutes ses formes de déclinaison, tant que la forme finale est compatible avec les règles de l'emplacement de l'accent. Nous avons vu que parfois les règles concernant l'emplacement des accents peuvent forcer l'accentuation dans une forme déclinée, changeant le type ou l'emplacement par rapport au nominatif. Maintenant, nous allons étudier l'accent du verbe fini grec (c'est-à-dire indicatif, subjonctif, optatif, et impératif), qui est appelé le modèle récessif de l'accent. Il s'agit d'un système plus facile à maîtriser, car il ne nécessite pas la connaissance de l'accentuation de la forme lexicale, mais est plutôt d'un modèle très régulier et clair se produisant dans toutes les formes de la conjugaison et presque entièrement prévisible. Nous ajouterons également quelques indications générales sur l'accentuation des noms, des adjectifs et des pronoms.

  28. Participe parfait et racines liquides

    Il a été dit que la deuxième moitié du livre du prophète Zacharie est la partie la plus citée de l'Ancien testament dans la description des derniers jours de Jésus dans l'Évangile. Elle décrit une série d'événements qui se déroulent dans des étapes similaires : l'envoi du Messie au peuple juif, son rejet, sa souffrance et sa mort, le repentir et la reconnaissance qui suivent sa mort et la description des nations qui étaient auparavant ennemies mais sont amenées au culte de Dieu. Dans cette leçon, nous étudierons quelques-uns de ces éléments parallèles entre les deux textes, notamment l'« alliance de sang », et nous expliquerons quelques nouvelles formes grammaticales : le participe parfait et la morphologie des verbes à racine liquide.

  29. Lecture et révision : Zacharie et la Passion du Christ

    Dans cette leçon, nous continuerons à étudier certains des éléments parallèles entre les textes des prophètes Zacharie, chapitres 9-14 et Ezéchiel, chapitre 47, et le récit du Nouveau testament de la Passion du Christ.

  30. Psaume 96 (LXX 95) - « Une nouvelle chanson »

    Pour notre dernière leçon, nous allons lire un psaume complet : psaume 96 de la Bible hébraïque, 95 dans la LXX. Il s'agit d'un groupe de psaumes chantés à la synagogue pendant la liturgie du vendredi soir (Kabbalat Shabbat - Entrée du Shabbat ), qui précède le service de prière régulier avant la tombée de la nuit, lorsque le Shabbat commence officiellement. Le psaume 96 se distingue à la fois pour son attention sur tous les autres peuples (c'est-à-dire, pas seulement sur Israël) et pour son étroite association de la célébration humaine et écologique de Dieu. En général, les psaumes étaient la source préférée des évangélistes qui les considéraient également prophétiques. Il s'agit donc un texte approprié pour la conclusion de notre cours !

Programme complet du cours
Un nouveau cours est sur le point de commencer – Grec biblique – Niveau 2
Ne ratez pas cette chance !
test
test
test
  • Israel +972

  • Algeria +213
  • Brazil +55
  • Chile +56
  • Island +354
test
  • Israel +972

  • Algeria +213
  • Brazil +55
  • Chile +56
  • Island +354